L’eXpérience Utilisateur, un avantage concurrentiel pour les banques Africaines

5 min
Portrait de mehdi.najeddine
Par Mehdi NAJEDDINE

L’expérience utilisateur (ou plus globalement du client) est devenue depuis quelques années au centre des préoccupations des banques internationales et nationales. Digital First, approche orientée client, créatrice de valeur, agile, intégrant l’intelligence collective… autant de « verbatim » pour décrire cette nouvelle posture d’acteur moderne et à la pointe en terme de démarche et de technologie.
 
Comme une boussole dont l’aiguille s’aligne avec l’océan bleu, l’UX entreprend une chasse infernale et permanente aux « Pain Points » pour dessiner une Customer Journey sans couture.
 

La proactivité au summum de l’expérience...

 
Le challenge des banques n’est plus d’avoir uniquement le coup d’avance sur les concurrents dans une théorie de jeu souvent appelée «Competitve dynamics », mais également d’anticiper les attentes des clients qui font le marché et qu’on surnomme désormais les « Consom’Acteur ».
 
 
L’expert UX a cette lourde tâche de développer la « connaissance client » à travers : des Focus Group et des prototypes à confronter. L’objectif est d’ancrer cette amélioration itérative, le Test & Learn.
 
Cette démarche ne peut avoir un réel impact sans un appui fort du Top Management pour accompagner le passage de l’excellence opérationnelle (Learning How) vers l’exploration (Learning Why). Une exploration basée sur des éléments tangibles (Data, A/b Testing…) qui doit accepter l’erreur, le fait de se tromper pour réajuster quitte à refaire entièrement le Job.
 

l’UX n’a rien de sexy…

 
Certains font parfois l’amalgame entre UX et UI, en se focalisant sur de séduisantes interfaces, accompagnées d’opérations de communication, et des animations bien rythmées. L'émotion n'est bien sûr pas à négliger dans une expérience quelle qu'elle soit, mais elle ne peut avoir de sens qu’avec son pendant rationnel
 
Voyons les trois pré-requis pour instaurer l’UX Design :
 
  1. La symétrie des attentions 
    L’histoire commence en interne, ou par le Change…On connait tous cette fameuse citation  :

    Clients do not come first. Employees come first.
    If you take care of your employees, they will take care of the clients.

    Richard Branson
    L’expérience utilisateur commence par l’expérience des collaborateurs, qui sont souvent les premiers clients de la banque et aussi ses ambassadeurs. Ce n’est pas toujours évident pour un collaborateur d'ouvrir cette boite de Pandore et porter la voix du client, surtout quand il y a défaillance. Tout le challenge est de les accompagner pour créer de l’empathie et stimuler la créativité. 
     
  2. La proposition de valeur du First Mover
    Rester fidèle à soi-même et à ses valeurs… L’expérience ne s’importe pas, elle est propre à chaque marché et à chaque culture. Mais parfois il faut vite se positionner, et pour cela rien de plus simple que de copier un « Disrupteur » étranger ?
    La posture du First Mover consiste à mettre en avant ses ressources, celles dont les nouveaux entrants ne peuvent disposer. L’exercice n’est plus alors de copier, mais de s’inspirer pour créer plus de valeur.
     
  3. Data-driven
    On ne peut améliorer que ce qu’on mesure…
    Les banques offrent à leurs clients plus d’autonomie en mettant à disposition des apps, des tablettes en agences… 
    Ce qui leur donne plus de pouvoir, on parle de « Customer empowerment ».
    Un client peut laisser un avis sur une app mise à disposition dans son agence bancaire, mais il peut également déposer un avis sur Google my business ou d’autres réseaux. 
    La solution des banques américaine est le « Single Customer View ». Une seule et unique interface agrège les données client de tous les canaux (Analytics, Réseaux sociaux, Visite agence…).
 

Après l’APIsation des services, le nouveau challenge sera la structuration des données…

On ne peut terminer cet article sans parler de l’expérience future, celle qui sera augmentée par l’intelligence artificielle. Après des tentatives au Maroc qui laissent à désirer, car systématiquement réduite au chatbot, l’iA pourrait demain jouer le rôle du conseiller modèle qui accompagnera le client à chaque moment de sa vie. Elle pourrait l’orienter sur ces placements sans qu’il ait à maitriser les instruments financiers. L’iA pourrait aider le client à mieux comprendre ses dépenses, et le coacher au quotidien pour mieux gérer son budget. 

Dans ce branle-bas de combat des banques africaines, l’enjeu sera de créer l’expérience mémorable et sans coutures, qu’elle soit à travers des Killers App, des parcours augmentés en agence, etc… Une expérience pour affirmer sa différence « locale » dans un secteur qui attire toutes les convoitises.
Et les banques qui passeront à coté de cet enjeu, deviendront-elles de simples plateformes ? Subiront-elles les foudres de la théorie du « Winners takes all » ?
 

 

Portrait de mehdi.najeddine
Mehdi NAJEDDINE
Directeur de l'innovation
Une double compétence dans les technologies du digital et dans la stratégie Business. Franco-marocain diplômé de l'école de l’innovation EPITECH Paris (European Institute of Technology) et de la Dalian Polytechnic University en Chine. Certifié Grand Master Drupal par Acquia, puis Strategy Business et Corporate par l’école HEC Paris. Grâce à son background technique et son expérience dans la stratégie Business, Mehdi Najeddine accompagne ses clients dans des projets de transformation digitale : de la stratégie à la mise en œuvre. Clients de différents secteurs : Attijariwafa bank, Elsan, Wafa Assurance, CDG, Medz, Saham, CMI, Inwi, Pernod Ricard, SACD, Aksal. #digital #strategy #business #User-eXperience #drupal #africa #france Lien vers le site de l'agence VOID > https://www.void.fr
Vous avez aimé cette page ? Partagez la !
Haut
Appuyez sur Entrée pour rechercher ou sur ÉCHAP pour fermer